Home / Interviews  / Ish-One : “Au japon c’est toujours le hip-hop underground qui prédomine”

Ish-One : “Au japon c’est toujours le hip-hop underground qui prédomine”

Ish-One confirme sa place de choix sur la scène hip-hop japonaise après la distribution de UNHOLLY II. Ayant participé aux disques des rappeurs Seeda ou I-deA, il sort son premier album STILL en 2006 et frappe à guichet fermé dès lors que les auditeurs ont écoutés ses rimes accompagnées de son flow. Self made musician, producteur et réalisateur, Ish-One nous raconte le pourquoi du comment il a décidé de devenir artiste aux multiples talents. Durant cet échange avec RJHH, il est en autre revenu sur ses projets passés en donnant des infos à propos de S7ICKCHICKs et ce qu’il prévoit pour l’année 2018.


 

Bonjour Ish-One. Nous sommes heureux de faire cette interview avec vous. Peux-tu commencer par te présenter à ceux qui ne te connaissent pas encore ?

Bonjour et merci à vous RJHH. Je suis moi aussi très content de m’entretenir avec vous. Mon nom est Ish-One. Je suis rappeur, chanteur, producteur et réalisateur. Je suis actuellement basé à Tokyo.

 

Comment as-tu débuté ta carrière musicale ?

Lorsque j’avais 18 ans j’ai emménagé à New-York. Durant cette période, j’étais dans une école de musique appelé « Institue of Audi Research ». Ma carrière a commencé en 2006 après mon retour à Tokyo et j’ai créé mon propre label de musique : YINGYANG PRODUCTION.

 

“Chaque personne peut faire changer dans ce monde fou”

 

Ton séjour dans cette ville des Etats-Unis était-il lié à la musique hip-hop ? Et souhaites-tu y retourner un jour ?

Au départ, je souhaitais apprendre tout sur la musique et l’art en général. Je suis resté longtemps avec des personnes qui venaient du “hood”. Ils m’ont fait connaitre le hip-hop. Je me suis rendu compte que c’était mon genre de musique et j’en suis tombé amoureux. Je repars à New-York cette année.

 

Pourquoi cette passion pour le hip-hop ?

Pour moi, le hip-hop vous permet de dire tout ce que vous voulez en disant aux personnes que tout est possible. Cette énergie de liberté et de création me frappe au cœur.

 

 

A ce jour, tu as sorti un bon nombre d’albums et un EP : STILL – UNHOLY – NEXT – PURPLE NINJA – UNHOLY II. As-tu produit ces albums entièrement tout seul ?

J’ai entièrement produit tous les disques que j’ai sortis. Je me rappelle encore des albums STILL et sans oublier NEXT où j’ai passé des nuits entières de travail avec plusieurs beatmakers. Tout le reste compris dans UNHOLY, PURPLE NINJA les beats, les textes rap, les chansons sont produits par moi-même.

 

En écoutant les titres de tes albums, nous avons ressenti des ambiances de trap et aussi d’edm. Etait-ce voulu de mélanger ces styles-là ?

Oui, c’est effectivement ce que j’ai toujours voulu faire. J’aime vraiment toute sorte de musique et tout art qui ont une énergie intense que vous ne pouvez pas nier. Le fait de mélanger ces sons en les rendant beaucoup plus fous est ce que j’aime.

 

Dans la chanson « The One » de votre album UNHOLY II, vous parlez de plusieurs sujets à la fois. Le monde imparfait dans lequel nous vivons tous. Votre vie dans le présent qui essaie de résister au passé. Nous avons l’impression que vous avez essayé de décrire la société dans laquelle vous vivez en essayant de vous comprendre. Est-ce le cas ? Ou pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

Ironiquement, beaucoup de gens essaient d’être parfaits dans ce monde imparfait, dans les bureaux, à l’école, dans la société etc… Si vous êtes assez fort pour croire en vous, votre rêve deviendra réalité. Mais il est parfois difficile de croire en cela, parce que dans votre vie vous n’arrivez pas à faire grand-chose ou ne voyez pas d’avenir brillant. C’est triste. Je pense aussi que chaque personne peut changer dans ce monde fou.

 

Un futur album UNHOLLY III est prévu ?

Non pas pour l’instant mais je pourrais. Qu’en pensez-vous (rires) ?

 

“De nos jours, il est si facile pour les jeunes de mordre le style de quelqu’un”

 

Lipstorm, Aya, Aya a.k.a Panda, Fuziko et Casper forment le groupe de hip-hop féminin S7ICKCHICKs . Dans quelles circonstances vous les avez rencontrées. Ce groupe a-t-il été formé et organisé par vous ?

Je les connaissais individuellement lorsqu’elles étaient en solo. En 2014, elles ont fait un remix d’une de mes chansons « New Money ». J’ai vraiment adoré et j’ai pensé que ces filles pourraient avoir du succès. J’ai donc décidé de les appeler dans mon studio et j’ai produit la première chanson “DGOY” et nommé le groupe “S7ICKCHICKs“.

 

Nous nous souvenons de la chanson avec Kojoe “4 all we now” en 2012. Comment vous vous êtes rencontrés ? Vas-tu  encore travailler avec lui sur de nouveaux projets de musique ?

Je m’en souviens. C’était un projet pour la marque de vêtements “ROCKSMITH” et nous avons fait de la chanson et de la vidéo. J’ai connu KOJOE à partir de 2003 à New York. Nous avons rappé ensemble dans les mêmes événements. Après son retour au Japon, nous avons fait quelques chansons et cd remixés ensemble. Une autre collaboration !!! (Rires) Nous pourrions à l’avenir.

 

Quel est ton avis sur le hip-hop japonais ?

Le hip-hop est la musique la plus populaire dans le monde. Au japon c’est toujours le hip-hop underground qui prédomine. Ce phénomène a vraiment pris beaucoup d’ampleur. Beaucoup de jeunes commencent à rapper à l’école ou dans la rue ces jours-ci et se concentrent davantage sur le rap. J’espère que les nouveaux artistes japonais vont aller plus loin et se faire connaître dans le monde. J’aimerais aussi que la grande famille du hip-hop sache à quel point nous sommes « chauds » (rires).

 

Il y a tellement de rappeurs prometteurs au Japon, pensez-vous qu’il existe une forte concurrence entre les artistes hip-hop japonais ?   

Je le pense. De nos jours, il est si facile pour les jeunes de mordre le style de quelqu’un avec l’aide d’Internet. Ils utilisent Google et YouTube pour faire leurs recherches. Peu de temps après, ils ont les mêmes flows et ils sortent les mêmes sons. Tout cela existe même au Japon. Alors maintenant, la compétition entre tous ces jeunes rappeurs est très forte. Je pense aussi que les gens veulent ici quelque chose de nouveau, de différent tous les jours et c’est cela qui créé cette concurrence.

 

As-tu prévu de travailler avec des artistes étrangers ?

Je prévois de sortir mon 6e album cette année. J’ai obtenu des beats PAC DIV. Ils ont fait une chanson pour Kendrick Lamar, Joey Bada$$, Anderson Paak. Cookin Soul et Dj Mitsu the Beats travaillent aussi ensemble maintenant. Ça va être vraiment un album excellent avec tous ces super producteurs. Et pour la collaboration, j’ai présenté une chanson pour SQUINGY du Royaume-Uni qui a chanté avec KOOL G RAP, NORIEGA. Cette chanson sera bientôt disponible.

 

Que souhaites-tu ajouter pour terminer notre entretien ?

Je passe un message d’amour et de respect à tous les fans de hip-hop qui nous suivent à travers RJHH et aussi celles et ceux qui aiment l’art et la culture. J’espère vous voir durant ma tournée en Europe. Merci à toi Roger et RJHH pour cet échange.

 

Propos recueillis par Roger Atangana

 


 

RJHH Founder, Traveler, Blogger, BlackBoy

Noter l'article
PAS DE COMMENTAIRES - Soyez le premier à commenter cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

code

%d blogueurs aiment cette page :