Cette semaine, nous vous proposons d’aller à la découverte de JOE IRON, l’un des leaders de la scène hip hop japonaise. Il affiche le calme serein de celui qui a bien travaillé et qui poursuit fièrement son chemin sans regarder en arrière. Toujours enfermé comme un fantôme dans son studio de TOKYO à dénicher de nouvelles perles et à produire de nouveaux morceaux, Joe Iron est considéré comme le 1er producteur de la Trap music sur l’archipel.


Qui est Joe Iron ?

Joe Iron est avant tout un passionné de musique. Il est né à Los Angeles et passe la majeure partie de son enfance en Californie. Il a vécu les violentes émeutes de Los Angeles en 1992 avant de venir dès l’âge de 20 ans à Japon en 2007. Il commence ses activités de producteur en élargissant son talent de compositeur sur plusieurs genres de hip-hop. Collectionneur de productions inédites, il est sans cesse à la recherche de pépites qui lui donnent des frissons.

Il devient incontournable sur la scène hip-hop japonaise, après la série de mixtapes « BANZAI BOY » qui l’emmène à collaborer avec de nombreux rappeurs japonais tels que ; CRAZYBOY, Elly de J Soul Brothers, AK-69, Maria de Simi Lab, 2WIN/Bad Hop (T-Pablow & Yzerr), Han’nya, Wanyudo, OZworld a.k.a R’Kuma, Chouji, Mc Tyson. Joe Iron ne s’est pas seulement focalisé uniquement sur le Japon. Il a aussi produit des remix d’artistes américains comme ; Béyonce, T-PAIN, NE-YO ou encore Alicia Keys.

 

BANZAI MIXTAPE SERIES

 

Un enthousiasme communicatif

Désormais, Joe Iron vit dans la capitale, après s’être imprégné du rythme de vie de la mégalopole Tokyoïte. Il possède plusieurs avis tranchés sur le hip-hop japonais actuel ainsi que les compétitions de freestyle qui se déroulent régulièrement au Japon. En effet, il fait partie de ces influenceurs qui amènent les artistes à la création d’un son particulier qui définit le rap japonais.

Pour lui, il est temps que les artistes accentuent davantage l’originalité japonaise en utilisant la musique hip-hop. D’autre part, Joe Iron pense que la barrière de la langue n’empêche plus les auditeurs étrangers d’apprécier le hip-hop japonais. Pour les battles de rap, il considère que l’aspect hip hop a disparu. Les participants veulent par tous les moyens mettre K.O leurs adversaires. Pour lui ça ressemble plus à un sport de combat du même style que le  MMA.

Okinawa une niche de rappeurs

Actuellement, Joe Iron s’occupe des productions de l’artiste OZworld a.k.a R’kuma qu’il considère comme un rappeur prometteur, provenant d’une région qui fournit de gros artistes talentueux à tout le Japon ; Okinawa. Bien entendu, en tant que producteur expérimenté, il écoute et suit la plupart du temps ces artistes.

« Beaucoup de rappeurs japonais indépendant viennent d’Okinawa et de l’ouest du Japon. Ils sont pour la plupart très influencés par la culture américaine, parlent de leur vécu et sont issus de familles pauvres. Maintenant, les médias japonais parlent beaucoup d’artistes comme 唾奇 (Tubaki) ou encore d’Awich qui sont originaires d’Okinawa. Il y a au moins 3 artistes de cette région dans le top 10 des meilleurs rappeurs japonais».

La discographie de Joe Iron est impressionnante, incluant un bon nombre de stars du rap japonais. Avec son travail acharné et passionné il a permis la création d’un style de hip-hop japonais qui suscite maintenant l’attention dans le monde.

 


Faire tourner sur les réseaux

Laisser un commentaire

*

code