Adoubée par un public conquis, Coma-Chi a prouvé depuis plusieurs années que le rap au Japon n’est pas seulement réservé aux hommes. Son nom commence à circuler au début des années 2000, après des freestyles et des victoires remarquées lors de grandes compétitions de rap. En réussissant à cartonner au niveau des ventes tout en bénéficiant d’un succès d’estime, elle fait partie de ces rappeuses qui ont toujours été présentes depuis l’arrivée du hip-hop sur l’île à la fin des années 80. RJHH s’est longuement entretenu avec Coma-Chi afin de discuter de son incroyable carrière et de son prochain album prévu pour mars.


RJHH : Bonjour Coma-Chi, nous sommes vraiment heureux de parler avec toi pour cette première interview. Comment vas-tu ?

Coma-Chi : Je me sens bien parce que je viens de terminer l’enregistrement de mon nouvel album.

RJHH : Lorsque l’on parle de femmes étant présentes dans le rap japonais, ton nom est sans cesse cité. Comment le vis-tu ?

Coma-Chi : Cela semble vraiment bien. Je pense que c’est une bonne chose que les gens me regardent comme une sorte d’icône du rap féminin japonais, mais parfois, je me sens mal à l’aise parce que ma musique ne se focalise pas seulement sur le hip-hop. Je peux chanter sur plusieurs genres de musique.

“B-BOY PARK MC BATTLE 2005: j’ai prouvé le contraire et beaucoup de gens ont changé d’avis”

RJHH : Peux-tu nous parler de ton début de carrière ?

Coma-Chi : J’ai commencé le rap en 2002 et j’ai participé au championnat de rap freestyle B-BOY PARK MC BATTLE en 2005 où je suis arrivée deuxième. Ensuite j’ai travaillé pour la sortie de mon premier album intitulé « Day Before Blue » en 2006. Plusieurs chansons importantes y sont incluses, comme “Michibata“. À cette période je faisais affaire avec une grande société de musique japonaise avec laquelle j’ai sorti trois albums. Mais mon profil ne correspondait pas à l’industrie musicale japonaise. Je détestais en plus les styles proposés. J’ai donc décidé de créer et de lancer mon propre label « QUEEN’S ROOM » en 2011.

RJHH : La plupart des rappeurs débutent avec des freestyles de rue ou participent à des compétions comme il en existe au Japon. Tu as participé au B-BOY PARK MC BATTLE en 2005 en terminant à la deuxième position. Cette compétition a-t-elle été importante pour toi ? 

Coma-Chi : Oui, très importante même. Parce qu’à ce moment-là, la plupart des gens pensaient qu’une femme rappeur n’aurait pas les compétences ainsi que les valeurs pour s’imposer. J’ai prouvé le contraire et beaucoup de gens ont changé d’avis. D’autre part, ce fut une compétition essentielle, car elle a boosté mon début de carrière. Ma célébrité a vraiment augmenté dans tout le Japon après cela.

 

Lire Aussi : Fiche artiste  – Coma-Chi

COMA-CHI

RJHH : Tu as sorti trois albums : “Day Before Blue”,  “Beauty or the Beast” et “Golden Source”. Quelle différence y a-t-il entre ces 3 albums ? Et si tu devais en choisir un, lequel serait-il  ?

Coma-Chi : Oooh (rires), n’oublies pas l’album « Red Naked » ! Je pense que c’est le meilleur. Pour « Day Before Blue » c’était mon premier album, il comprend des vibes bruts ainsi qu’une atmosphère très street. Quant à l’album « Beauty of the Beast » il est plus sophistiqué que les autres. Dans mon disque « Golden Source » de 2017, j’ai ajouté et montré mon côté rebel.

“Depuis le terrible tremblement de terre de 2011, la plupart des japonais sont stressés et nerveux”

RJHH : “Michibata”, “Horo” et “4seasons” sont pour vos fans les chansons majeures de Day Before Blue.  Peux-tu nous en dire un peu plus et que veux-tu qu’on retienne de ces trois titres ?

Coma-Chi : « Michibata » est définitivement mon chef-d’œuvre. Je  suis vraiment très fière qu’il soit écouté encore aujourd’hui. Je voulais et j’ai fait de cette chanson un classique du rap japonais. Les rimes sont très simples et soutenues et les gens peuvent m’accompagner lors du refrain. Pour les deux autres titres, j’ai oublié leurs histoires ça fait tellement longtemps. Pardon.

RJHH : Root Soul et Jaribu Afrobea ont participé à l’album “Golden Source” . On sent une importante influence Soul, groove et Funk. Que recherchais-tu avec l’apport de ces nouvelles influences ? Et pourquoi as-tu choisi de travailler avec ces artistes-là.

Coma-Chi : Je voulais mettre l’énergie humaine et apporter le groove dans ma musique. Depuis le terrible tremblement de terre de 2011, la plupart des Japonais sont stressés et nerveux. Je voulais donc changer de vibration avec cet album et faire un lien organique entre les gens. Root Soul et Jaribu ont une énorme énergie humaine dans leur musique. C’est pour ces raisons que j’ai décidé de travailler avec ces deux artistes.

RJHH : Tu as annoncé que tu venais d’achever un nouvel album ? Peux-tu nous donner davantage d’information ?

Coma-Chi : C’est exact !!! Ce sera mon cinquième album studio. Il sera disponible pour le mois de mars. Je dirai simplement que mon nouveau disque sera très évolutif et qu’il ressemblera beaucoup à mon premier album « Day Before Blue ». La vidéo du single “Cycle” est déjà disponible sur YouTube et sur mon compte Instagram

RJHH : Quelles sont les musiques et les artistes que tu écoutes en ce moment ?

Coma-Chi : J’écoute en ce moment Kendrick Lamar, Gold Link, Amine et beaucoup d’artistes talentueux du hip-hop américain. J’écoute aussi le jazz de la côte ouest comme Kamasi Washington ou encore Josef Leimberg.

“ECD est une légende du rap qui a beaucoup apporté au hip-hop japonais”

RJHH : Sur ton page web, on a vu plusieurs dates d’événements organisés au Japon ? Serais-tu prête à venir en France un jour ?

Coma-Chi : Oui !!!  Bien sûr !!! S’il vous plaît, invitez-moi en France !!!

RJHH : Nous avons appris le décès du rappeur ECD ? A-t-il influencé ta carrière et selon toi qu’a-t-il apporté au hip-hop japonais.

Coma-Chi : En 2003, ECD avait sorti « Sanpin CAMP ». C’est un album que j’aime beaucoup et qui m’a fortement influencé. ECD est une légende du rap qui a beaucoup apporté au hip-hop japonais. On ne l’oubliera pas.  Je le respecte et qu’il repose en paix.

RJHH : Merci beaucoup Coma-Chi pour cette interview. Nous attendons ton prochain album avec impatience. As-tu un mot pour tes fans de France et d’ailleurs ?

Coma-Chi : Merci à vous RJHH, ça me fait vraiment plaisir !!! Je veux aussi remercier toutes les personnes qui vont lire mon interview. Je viendrai en France un jour. J’ai vraiment hâte de rencontrer les fans français. Je leur donnerai beaucoup d’amour.

 

Propos recueillis par Roger Atangana


Faire tourner sur les réseaux

One Comment

Laisser un commentaire

*

code