Hanah Spring s’était offert une sortie avec le deuxième album Dreamin’, coproduit avec le guitariste Satohi Yoshida et paru en février. C’est un projet qui s’est étalé sur plusieurs années et a montré le travail, de celle qui a notamment été bercé dès l’enfance dans la musique. En se penchant sur les 11 morceaux de la tape, on découvre un tracklisting impressionnant. Rien que la première piste Dreamin’ (Living in a dream) mérite le détour, réunissant plusieurs autres artistes. Pont entre le style jazz et les sonorités soul hip-hop, Hanah Spring s’est entretenue avec RJHH pour une interview en bonne et due forme. Le tout pour causer de ses débuts et de revenir sur son travail actuel.


RJHH : Bonjour Hanah Spring. Comment vas-tu ?

Hanah Spring : Je vais très bien, merci. Mon deuxième album DREAMIN’ est sorti et je travaille beaucoup en ce moment pour la préparation d’un autre album.

RJHH : J’ai pu lire ta biographie sur ton site web. Tu as commencé la musique très jeune, car tes parents étaient des musiciens. Peux-tu nous parler de cette période de ton enfance ?

Hanah Spring : Mes parents sont toujours musiciens et sont en tournés dans tout le pays. Mon père est un guitariste de jazz de style traditionnel. Il avait joué avec de vieux musiciens comme Herb Ellis, le groupe Nobuo Hara Big. Je regardais mon père jouer à la télévision quand j’étais enfant. Du côté de ma mère, elle est une chanteuse de jazz. Mes sœurs sont aussi des chanteuses. Nous avons grandi en chantant ensemble, c’est de cette façon que j’ai appris la musique. Mes sœurs et moi continuons à chanter des histoires pour notre mère pour son concert annuel.

RJHH : Après ton enfance, comment as-tu débuté ta carrière musicale ?

Hanah Spring : J’avais l’habitude de prendre des leçons par des formateurs vocaux américains. Ensuite, j’ai été repéré par des artistes américains très connus comme, Erykah Badu, Musiq Soulchild, JOE, Brian Micknight, Kc & jojo, Wanya de Boyz II Men.

RJHH : Le jazz et la soul sont très présents dans ta musique. Penses-tu que cet amour pour ces styles ont été naturellement transmis par tes parents ?

Hanah Spring : Mes parents sont de véritables puristes de jazz et ils sont très stricts. J’aime les autres genres de musique, le hip-hop, le R&B et la musique pop. Je mélange ces différents éléments sonores dans mon album. Donc, ils n’aiment toujours pas ce que je fais. Mais ça va.

“C’était sympa de voir tout ce travail de production et toutes les personnes impliquées”

RJHH : Quel est le titre de la première chanson que tu as composée ?

Hanah Spring : Je m’en souviens. Il s’agit de “Shunka Shutou“. Tu peux trouver le morceau sur YouTube.

RJHH :  Si tu devais décrire ta musique, que dirais-tu ?

Hanah Spring : Je dirais simplement Handmale Soul mon 1er album.

RJHH : Tu sembles très épanouie lorsqu’on te regarde chanter. C’est dans ces moments-là que tu te sens le mieux ? 

Hanah Spring : Quand je chante, je me sens très libre et je m’amuse beaucoup. J’apprécie beaucoup ces moments.

RJHH : Quel est pour toi le meilleur album de musique hip-hop soul ?

Hanah Spring : Je pense à MISEDUCATION de Lauryn Hill. Pour moi, c’est vraiment le meilleur album.

RJHH : En 2014, l’album “Handmade Soul” reçoit le prix du meilleur album soul au BILLBOARD JAPAN. Ce prix était vraiment important pour toi ?

Hanah Spring : Oui. C’est très agréable de voir que votre long travail est récompensé. Je ne vais pas m’arrêter là. Je dois encore travailler plus dur.

DREAMIN’ sorti en février 2018

 

RJHH : DREAMIN ‘est disponible depuis février de cette année. Peux-tu nous parler de la préparation de cet album ?

Hanah Spring : Dreamin’ m’a pris quatre ans. Le label Tokyo Records voulait que je le prépare de cette façon en prenant beaucoup de temps. Je me suis occupée du reste et j’ai commencé à travailler sur cet album depuis le début. C’était sympa de voir tout ce travail de production et toutes les personnes impliquées. Je m’y connais maintenant dans ce domaine, j’ai beaucoup appris.

RJHH : Que voudrais-tu qu’on retienne de ton album DREAMIN’ après l’avoir écouté.

Hanah Spring : Tu peux toujours rêver. Tout est possible.

RJHH : quels sont les artistes que tu suis en ce moment ?

Hanah Spring : J’écoute très souvent ce morceau de Jazz de Satoshi Yoshida, Brother T.

RJHH : Merci Hanah Spring pour cet entretien. Souhaites-tu dire un mot pour conclure ?

Hana Spring : Merci à vous RJHH. Ecouter mon album DREAMIN’ sur Spotify

 

Propos recueillis par Roger Atangana


Official website

Faire tourner sur les réseaux

Laisser un commentaire

*

code