Très actif cette année avec la sortie de l’album “Tokyo Highway en février ainsi que du single “Just do It” paru en juillet, ISSEI  est un artiste qui poursuit son chemin lentement mais sûrement. On a eu la possibilité de rencontrer le rappeur ISSEI qui a joué le jeu de questions-réponses pour RJHH. L’occasion de parler de son parcours, de la rencontre avec le beatmaker/producteur Dj Kenzi. On a aussi tenté d’avoir des informations sur ses projets actuels et futurs. Rencontre.


RJHH: Bonjour Bluezzy Night. Comment vas-tu ?

ISSEI : Bonjour, je vais très bien.

RJHH : Peux-tu commencer l’interview par une présentation et nous dire dans quelles circonstances tu as découvert le hip-hop ?

ISSEI : Je suis originaire de Mie, c’est une ville à côté de Nagoya. J’ai commencé la musique à l’âge de 15 ans. Un jour, j’avais vu Zeebra et Dabo lors d’un concert à Mie. J’ai été très impressionné par leur performance et cela m’a donné envie de devenir rappeur comme eux. Actuellement, je vis à Tokyo.

RJHH : Quels ont été tes influences musicales et tes principales inspirations ?

ISSEI Tokyo Blue – Tokyo, Shibuya – 25/09/2018

ISSEI : Nogoya m’a beaucoup inspiré, car il y avait vraiment beaucoup de groupe de rap que j’aimais écouter dans cette ville. Surtout, le groupe de rap M.O.S.A.D composé des rappeurs Tokona-X, Equal, Akira et DJ Fixer.

RJHH : Quel est le style de hip-hop que tu préfères le plus ?

ISSEI : Je ne sais pas, parce que je ne connais pas tous les genres de hip-hop. Je fais de la musique trap que je mélange avec le RNB en ajoutant mon lifestyle. Je fais refléter mon style et la façon de penser de ma ville d’origine, Mie.

RJHH : Te souviens-tu de ton premier morceau ?

ISSEI : Oui !!! Je m’en rappelle bien. “EXODUS”que j’avais publié en 2005.

RJHH : D’après toi, quelles sont les qualités pour être un bon rappeur ?

ISSEI : Pour moi, il y a 3 éléments qui comptent plus que les autres. Une bonne voix, un bon flow et avoir de bons lyrics.

RJHH : J’ai vu que tu as souvent travaillé avec DJ Kenzi. Vous avez sorti le morceau “6inTheMornin“. Avais-tu déjà collaboré avec lui par le passé et à quel moment votre rencontre s’est faite ?

ISSEI : J’ai rencontré Dj Kenzi la première fois en 2008 à Aoyama dans un nightclub appelé Loop. En fait, je connaissais le maître de DJ Kenzi, car nous étions dans la même école et c’est lui qui me l’a présenté. DJ Kenzi organisait des événements et m’invitait plusieurs fois. La même année, nous avons sorti un projet commun. Il s’agissait d’une mixtape qu’on a appelé THERoomService

RJHH : On a aucune information sur ton futur et premier album. As-tu déjà commencé à travailler avec dessus ?

ISSEI : Pas pour l’instant. Cette année, j’ai réalisé mon premier album EP TOKYO HIGHWAY. Je prévois de sortir un deuxième EP avant la fin de cette année. J’ai travaillé avec DJ Kenzi sur le premier projet EP et ça sera le cas pour le deuxième également. Un autre beatmaker sera présent, il s’appelle Trill Dynasty.

RJHH : On aimerait avoir ton avis sur la région du Japon qui fournit le plus de talents au niveau du rap.  

ISSEI : Quand j’étais jeune, je pensais que les meilleurs rappeurs japonais provenaient de Nagoya. Je pense que beaucoup de bons artistes viennent de Kawasaki. Le rap japonais prend beaucoup d’ampleur depuis un certain temps avec le travail des artistes. Je souhaite que tous ces rappeurs représentent davantage le Japon.

RJHH : Quel est ton top 5 ?

ISSEI : Ahhhh !!! C’est vraiment une question difficile. Il y a tellement de très bons artistes que c’est compliqué de choisir. ZEEBRA, l’un des pionniers du rap japonais. DABO, il premier album était le plus haut niveau de l’art. ISH-ONE, philosophe et révolutionnaire et un bon flow. TWIGGY génial et AKIRA, le prince du ghetto.

RJHH : Quel sont les albums que tu écoutes en ce moment ?

ISSEI : En fait j’écoute beaucoup d’Enka. C’est la musique traditionnelle japonaise. On y découvre beaucoup d’histoires et c’est vraiment très inspirant. J’aime aussi JOE COLE et j’aimerai beaucoup rapper avec lui.

RJHH : Mojayaki ou Okonimayi

ISSEI : (rires) Okonomiyaki !!!

RJHH : Qu’aimes-tu faire durant tes temps libres ? Et peux-tu nous citer une chose que tu n’aimes pas.

ISSEI : J’adore aller dans le quartier d’Asakusa prendre un verre avec mes amis. Ce quartier est vraiment très calme et paisible. Je déteste vraiment les cafards (rires).

RJHH : Tu as un dernier mot pour conclure ton interview ?

ISSEI : C’est la première interview que je fais avec un média étranger. Merci RJHH pour cet entretien. Je ne connais pas le rap français et je voudrais connaître des artistes français. Pourquoi pas collaborer avec eux. 

 

Propos recueillis par Roger Atangana


 

Faire tourner sur les réseaux

Laisser un commentaire

*

code