Fresh loc ou plus communément Nato est un beatmaker, producteur Originaire de Nagoya. Ayant participé à plusieurs albums pour des artistes tels que AK-69, Kowichi ou plus récemment City-Ace, Fresh Loc est une valeur sûre de la scène Hiphop de Nagoya. Artiste aux multiples facettes capable de produire des beats rap, rnb ou même reggae il a toujours su s’entourer de personnes reconnu dans le métier tout en restant très discret. L’occasion pour nous d’en savoir un peu plus sur ce beatmaker de l’ombre dans une interview qu’il a bien voulu accorder à RJHH.

RJHH : Salut Nato ou Fresh loc ! Comment dois-je t’appeler ? Et pourquoi avoir changé ton nom d’artiste ?

Nato : Tu peux m’appeler Nato. J’ai choisi le nom de Fresh Loc quand j’ai commencé à bosser pour mon groupe qui s’appelle D.M.A. C’est un groupe qui ne fait pas forcement que du hiphop et Nato etait le nom que j’utilisais quand je me suis lancé dans la production d’instrus hip-hop.

RJHH : De quand date ta première rencontre avec le hip-hop ?

Nato : C’était il y a à peu prés 20 ans vers mes 18 ans. Avant ça j’étais plus dans le style rock/punk (rire ).

RJHH : Ton premier et unique album “13 Beats to die” est sorti en 2010 avec des artistes tels que AK-69, Norikiyo ou encore M.O.S.A.D. (“E”qual & Akira). Peux-tu me dire comment tu as choisi les artistes avec qui tu as collaboré ?

Nato : La plupart des artistes avec qui j’ai travaillé sont des gars de mon crew mais également des rappeurs de ma ville ou encore des personnes que j’ai écouté en grandissant.

Premier album de Nato, 13 beats to Die

RJHH : De quelle manière tu procèdes quand tu fais des instrus ? Est-ce que des musiciens jouent pour toi ?

Nato : Je fais tout mes beats seul. Je peux jouer de la guitare, de la basse, des percussions et du piano même si je ne suis pas encore assez bon à mon gout ahah. J’ai aussi pour habitude de ne pas stocker de beats. La plupart du temps je fais des instrus quand je vais travailler avec un artiste en particulier.

RJHH : Tu produis différents type de beats, que ce soit hip-hop, Rnb ou même reggae. D’où te vient ton inspiration ?

Nato : Je tire mon inspiration de ma vie de tous les jours, de ce que j’écoute ou ce que je vis et je pense que le genre musical n’a pas d’importance tant que c’est fait avec une envie bien particulière.

RJHH : Durant ces dernières années tu as continué a produire pour différents artistes mais ton nom ne ressort pas autant que les autres producteurs. Comment expliques-tu cela ?

Nato : C’était volontaire de ma part. J’ai vécu de nombreuses expériences à travers le hip-hop qui ont fait que j’ai voulu avancer à tâtons. Mais je compte bien m’émanciper davantage avec mes futurs projets.

RJHH : Tu travailles principalement avec des artistes de Nagoya. Que penses de la scène hiphop de ta ville ?

Nato : Je crois vraiment que le vieux Nagoya était une ville plus dur que les autres et que le hiphop de Nagoya a vraiment été béni. Les artistes comme M.O.S.A.D. (“E”qual, Akira, Tokona-X) ou encore AK-69 sont toujours mes héros.

RJHH : Es-tu indépendant ou tu dépend d’un label ?

Nato : J’ai ma propre structure mais mon future projet sortira surement sur une major.

RJHH : Peux-tu me citer tes producteurs et artistes préférés (japonais et Internationaux)

Nato : Mes producteurs japonais favoris sont, Kiyoshi KC Matsuo, Seiji Kameda, DJ Honda, BachLogic & 774 pour Digital Ninjah.

Producteurs internationaux : Diddy et plus récemment HITMAKA.

Pour les rappeurs japonais, je ne peux pas en choisir car ils sont nombreux mais je priorise ceux qui ont des lyrics percutant et qui passent des messages à travers leurs musiques. Et si je devais choisir un seul artiste international, ce serait NAS sans aucun doute.

RJHH : Il y a deux ans tu sors le projet D.M.A avec Minista.K.C. et DJ Chachi. peux-tu nous en parler ?

Nato : Tout comme moi, ils font parti de la scène hip-hop de Nagoya et tout comme moi ils ne voulaient pas faire que du hip-hop. Ils cherchaient à faire du son funky et de la musique chill et c’est comme ça qu’est né le groupe D.M.A. Je ne l’ai pas fait récemment mais j’ai joué pas mal d’instruments, invité des guitaristes en support et j’ai aussi joué sur scène avec le groupe.

RJHH : Tu travailles sur ton deuxième album?

Nato : Oui ! Oui ! J’espère le sortir en juillet ou Août. S’il vous plait restez connectés.

RJHH : Cites moi tes trois productions favorites.

Nato : AK-69 – Only God Can Judge Me“E”qual – If I… Feat Akira & Mihiro, DJ Ryow – IDWT- In Dream We Trust Feat AK-69 & Pushim

RJHH : Que penses-tu de la nouvelle scène hip-hop Japonaise ?

Nato : Je suis très excité par cette nouvelle génération qui n’a pas peur d’explorer différents styles et de s’assumer.

RJHH : Qu’est ce qui te différencie des autres producteurs ?

Nato : Je crois que le fait que je ne stock pas de beats fait de moi quelqu’un de différent. J’aime rencontrer les artistes, passer du temps avec eux, apprendre à les connaitre. Apres ça je peux clairement bosser sur un type d’intrus qui leur ira parfaitement et qui leur permettra de faire passer leurs émotions à travers la musique que je leur propose. C’est également la raison pour laquelle je ne peux pas faire un grand nombre de beats contrairement à d’autres qui préfèrent la quantité à la qualité.

RJHH : C’est quoi tes futures projets ?

Nato : Là je me concentre clairement sur la sortie de mon deuxième album et si le temps me le permet avec les autres membres sortir un nouveau projet D.M.A.

RJHH : un dernier mot pour nos lecteurs ?

Nato : Mon deuxième album arrive, je vous invite à vous le procurer lors de sa sortie car la présence de certains artistes en surprendra plus d’un. Merci Beaucoup.

 

Propos recueillis par Rasheed San


Faire tourner sur les réseaux

Laisser un commentaire

*

code