Il y a deux ans, plus précisément le 17 avril 2017, c’était le moment de vérité pour Tubaki et Sweet William. Une période particulière qui allait révéler à tout le monde la parfaite entente entre les deux artistes. 

Tubaki assurait sa part du boulot au niveau des textes rap et Sweet William s’était servi de l’album Jasmine comme d’un laboratoire pour tester de nouvelles choses. En plus d’un contenu jazzy hip-hop qui s’enchainait avec une facilité et une disposition maîtrisée, Sweet William avait su s’effacer un peu, pour laisser le natif d’Okinawa s’exprimer en tant qu’ MC.

Entièrement produit par Sweet William, Jasmine Instrumental est paru sur le label Pitch Odd Mansion. Sans la voix de Tubaki et celles des rappeurs invités, on peut maintenant écouter le gros travail de production des 11 pistes. C’est plus de 35 minutes d’écoute où ressort, une vraie cohérence musicale. Aucune percussion brutale n’est présente, à part Let Me qui recadre l’album sur des boucles hip-hop boom bap classiques. Certaines retouches centrées autour des samples entièrement jazz et même soul, sont bien marquées sur les morceaux -Tao- Soulera remix, Machi kara Machi (街から街), Made my day, Hakunai (白内).

Jasmine Instrumental est l’album parfait pour se détendre. Sweet William réalise ainsi un projet instrumental correct et fait découvrir cette oeuvre sous un nouvel aspect.


 

Faire tourner sur les réseaux

Laisser un commentaire

*

code