L’une des responsabilités de Real Japanese Hip Hop en tant que média spécialisé sur le rap japonais, est de vous aider à y voir plus clair dans le tourbillon incessant des actualités, des sorties d’albums et des artistes à suivre. C’est pourquoi l’équipe de RJHH à décider de fournir une liste de 6 artistes du rap japonais, qui ne sont pas passés inaperçus durant la majeure partie de l’année en cours et qui ne manqueront pas de nous surprendre encore en 2019.


| MIYACHI

Depuis la sortie de “Wakarimasen” en mars 2018, on sentait le succès à des kilomètres pour le jeune rappeur originaire de Fukuoka. Miyachi a grandi dans le quartier de l’Upper West Side de Manhattan. Il commence à écrire ses premiers textes au début du lycée et est imprégné par la culture hip-hop new-yorkaise durant plusieurs années. Commençant avec des freestyles sur YouTube, il est vite remarqué par des producteurs qui qualifient son flow d’impressionnant.

2018 a été globalement positive et riche pour Miyachi, car il faut ajouter cette belle collaboration avec DJ Ryow sur le morceau “24. À croire que ce titre a été fait pour lui. Bien entendu, il est impossible de passer à coté du ressent single “MADA FLY” où l’on le voit déambuler dans les rues de Paris. Aujourd’hui, Miyachi fait partie de cette jeune génération de rappeurs promise à mettre la scène hip-hop japonaise sous le feu des projecteurs.

 

| TUBAKI

Le CV de Tubaki Hito (唾奇) est impressionnant pour cet artiste originaire de l’île d’Okinawa. Il a maintenant d’une grande popularité au Japon et grimpe pas à pas dans les échelons du rap game japonais. Entre les sorties de ses deux albums solos JASMINE (2017) et TAO (2018), en collaboration avec le Sweet William (un beatmaker originaire d’Aichi), les titres “Let me” (feat. Chico Calito) et “All green” produit par Dj Ryow ne sont pas passés inaperçus. Publiées en 2018 sur YouTube, les vidéos de ces titres totalisent environ 3 millions de vue.

Tubaki Hito est présent dans la plupart des sorties majeures d’albums et pourrait prochainement faire parler à nouveau de lui. La clé de son succès est l’augmentation d’envoi de contenu, étant donné que le rappeur multiplie les showcases à travers le Japon et ses travaux à venir sur plusieurs projets musicaux.

 

| WIL¥WONKA

Les superlatifs ne suffisent plus à décrire WilyWonka. Depuis qu’il a publié son premier album solo SACULA, WilyWonka est quasiment partout. Plateaux de télé, interviews, vidéo clip de promotions et autres événements en tout genre qui n’ont fait que renforcé sa réputation. C’est un artiste qui apporte un nouvelle fraîcheur parmi la multitude de rappeurs de la même génération que lui et rarement vu jusque-là.

En activité depuis 2015, le natif d’Osaka âgé seulement de 21 ans, avait sorti deux premiers albums FLY KICKS en 2015 et FLY KICKS vol.2 en 2017. S’en suivait en début d’année le single “Orenji “en feat. avec le jeune chanteur Vigorman. Quelques mois plus tard, il sortait encore un autre single “Rapper’s Flow“, faisant au passage beaucoup de bruits et qui cette fois était publié par le label ONEPERCENT contrôlé par le rappeur Anarchy.

 

| AWICH

Awich est une femme qui a réussi, à prendre une place importante dans l’univers du rap japonais. Impossible de la citer sans évoquer les deux titres “Whoru” ? et “Remember” compris dans son album 8 de 2017. Ces deux clips vidéos totalisent  actuellement presque 3 millions de vue sur YouTube. Membre du collectif YENTOWN TOKYO, Awich partage le plus clair de son temps avec kZm pour des tournées live à Tokyo ainsi  que dans plusieurs principales villes du Japon.

Originaire d’Okinawa, Awich met toujours toutes les chances de son coté afin de rapidement rencontrer la voie du succès. En effet, elle sortait le 10 octobre dernier, deux albums EP ; BEATet HEART, permettant de montrer à ses fans les performances vocales qu’elle possède. Awich est clairement une artiste à surveiller pour la suite. Espérons qu’un deuxième album sera annoncé dans les prochains mois.

 

| AYA A.K.A PANDA

Originaire et basée à Saitama, Aya a.k.a Panda a commencé ses activités dans le rap en 2008. Elle faisait partie du groupe de rap féminin S7ICKCHICKs dirigé par Ish One, avant la dissolution qui s’est opérée cette année. Pourtant, ce changement n’a pas empêché Aya a.k.a Panda de s’arrêter. Elle sortait en 2017 en étant toujours membre de S7ICKCHICKs, “Amae chatte Sorry“, un single qui sera au passage l’une de ces plus grosses réussites.

Maintenant concentrée en grande partie sur ses activités solos, elle publie deux autres morceaux “Watashi no tonari ni Stay et “Poppin” en 2018. Malgré une productivité parfois irrégulière, Aya a.k.a Panda réussit cependant à réaliser de gros scores sur YouTube..

 

| VIGORMAN

La musique de Vigorman est originale et surprenante. Il dispose d’une voix angélique qui lui permet de façonner une musique délicate et enchanteresse. C’est le fruit logique des ses innombrables influences, souvent coincées quelque part entre le reggae, le RNB, et l’afrobeat. Provenant de la région de Kansai, Vigorman fait la rencontre de WilyWonka dès l’âge de 15 ans. Avec l’appui du producteur GeG, il sort plusieurs morceaux tels que; “Wavy, Zip Rock Star en 2017 qui ont ainsi augmenter sa popularité auprès du public.

Virgoman est présent et participe à plusieurs projets d’albums. Il bénéficie d’une certaine notoriété auprès des beatmakers qui n’hésitent pas à l’inviter . “Night Out” de DJ Tatsuki & DJ Chari, “Roll Up” avec Persia, “See you Later” en compagnie de WilyWonka ne sont que des exemples. Vigorman précise son univers optimiste en s’imposant comme la figure nouvelle d’un hip-hop/reggae japonais plein de promesses.


 

 

Faire tourner sur les réseaux

Laisser un commentaire

*

code